L’histoire de la boxe
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Table du contenu

La boxe notamment la « boxe anglaise » règlementée de manière moderne est un sport de combat pratiqué depuis le xviiie siècle à un contre un, qui recourt à des frappes de percussion à l’aide de gants matelassés. Les autres boxes ancestrales notamment utilisant conjointement les frappes de poings, pieds et projections (savate-boxe française et pratiques orientales) ont vu leur émergence sportive quelques décennies plus tard.

Par extension, de nombreuses disciplines ont emprunté l’appellation « boxe » notamment les « boxes sportives » du xixe siècle et xxe siècle telles les boxes pieds-poings (BPP) réglementées pour certaines en Occident, le full-contact américain, le kick-boxing américain, le kick-boxing japonais ou , la savate boxe française, le chausson marseillais ou le panache (cousins de la boxe française savate), les boxes de l’Extrême-Orient dites plutôt « martiales » que « sportives » comme la boxe chinoise, le kung-fu-wushu, la boxe khmère (PradLa boxe connaît de nombreuses variantes. Ces variantes sont définies par leurs « cibles » corporelles, les « armes » corporelles utilisées ainsi que pour certaines, les techniques de balayage, de projection et de saisies ainsi que la boxe chinoise et celles du Sud-est asiatique comme la boxe birmane.l Serey), la boxe birmane (bama lethwei) et la boxe thaïlandaise (muay-thaï) entre autres.

Les cibles à atteindre

Visage et buste : par exemple pour la boxe anglaise, les boxes américaines (Full-contact, Kickboxing américain et Point-fighting) et la Savate boxe française
Visage, buste et jambes : par exemple pour la Savate-boxe française, le Kickboxing (américain et japonais), la Boxe khmère, la Boxe birmane, la Boxe thaï, le chauss’fight, le sanda et le shoot-boxing
Toutes les parties du corps sauf la gorge, la colonne vertébrale et les parties génitales dans le Combat libre (FreLes armes
Les moyens mis en œuvre pour atteindre ces cibles sont définis par les « armes » corporelles utilisées :

Poings dans la boxe anglaise ;
Poings et pieds dans la savate-boxe française et le kick-boxing américain ;
poings, coudes, avant-bras, pieds et genoux dans le kick-boxing japonais (avec saisies de tronc) ;
poings, pieds, genoux et coudes dans la boxe birmane, la boxe khmère, la boxe thaï et le shoot-boxing (avec saisies de tronc et de jambe, et les projections).
Par opposition à la boxe anglaise : la boxe birmane, la boxe khmère, la savate BF, la boxe thaïlandaise et le shoot-boxing appartiennent à la catégorie dite des « boxes pieds-poings ».fight/ou MMA), Pancrace moderne et d’autres sports de combats de percussion et préhension à la fois.

Les principales boxes

Il existe plusieurs types de boxes :

les boxes américaines (full-contact américain, Kick-boxing américain (appelé « low-kick »), point fighting en français « semi-contact »)
boxe anglaise : boxe éducative, boxe en pré-combat, boxe amateur ou boxe olympique (B.A) et boxe professionnelle, où les coups de poing sont portés au-dessus de la ceinture ;
boxe birmane ou lethwei (BB), superlatif des boxes pieds-poings comme habituellement pour les boxes du Sud-est asiatique où tous les coups sont permis. Elle est pratiquée d’une manière plus sportive en Occident et surnommée depuis 1959, bando-kickboxing (BKB) ;
boxe chinoise (BC) précisément le sanda en compétition), improprement appelée kung-fu ;
boxe française (ou savate-boxe française), aujourd’hui « savate-BF » (Boxe francaise) et ses variantes, le chauss’fight (Chausson marseillais) et le Panache : boxe pieds et poings en chaussures (SBF) ;
boxe khmère ou kun-khmer (BK) ;
boxe thaïe ou muay thaï (BT) ;
boxe vietnamienne (BV) ;
kick-boxing (KB] : kick-boxing américain ou « low-kick » (LK) et le kick-boxing japonais.
Il existe des boxes composites, combinant les techniques de percussion (boxe) et de préhension (lutte) :

shoot-boxing (SB) : boxe pieds-poings avec techniques de soumission et projection ;
shooto (shoot-wrestling japonais) : combat qui mixte techniques de percussion et préhension
pancrace et combat libre (en anglais « free-fight » ou MMA) (FF) qui mélangent lutte sportive au corps à corps et boxes pieds-poings.

Histoire de la boxe

Jeunes boxeurs, Akrotiri (site archéologique de Santorin), Musée national d’Athènes
Avertissement : Consulter les historiques de chacune des disciplines à partir des liens indiqués dans cet article.

Les ancêtres de la boxe sont le pugilat grec et le pancrace grec, sports de combat au corps à corps dont des scènes sont représentées dans la civilisation sumérienne, égyptienne et grecque. Le premier champion olympique du pugilat est Onomaste de Smyrne en 688 av. J.-C. alors que Tissandre de Naxos triomphe quatre fois dans cette discipline en 572, 568, 564, et 560 av. J.-C., record inégalé depuis5. Le pugilat est interdit en 392 par l’empereur chrétien Théodose Ier. Aucun historien ne peut dire que cette pratique a complètement disparu entre ce moment-là et sa réapparition en Angleterre au xviie siècle, la noblesse britannique se divertissant alors en pariant sur des « rencontres de pugilat » clandestines6. Lors des guerres napoléoniennes les prisons flottantes de la Tamise, les fameux pontons, abritaient aussi des tripots où les geôliers anglais organisaient des combats avec mises d’argent, entre prisonniers français pratiquants la savate, ou le chausson et des marins ou gardiens qui les affrontaient en boxe anglaise. C’est d’ailleurs grâce à cet héritage que la savate-BF est devenue une boxe pieds-poing au xxe siècle.

La boxe moderne est née au milieu du xixe siècle qui voit des matchmakers (« faiseurs de match ») organiser des combats clandestins au cours desquels les forces de l’ordre interviennent régulièrement. En 1865, le journaliste John Graham Chambers codifie les combats de boxe. Les 16 règles qui en résultent portent le nom des règles du Marquis de Queensberry qui imposent le port des gants, définissent des catégories de poids, limitent les rounds à trois minutes, interdisent les coups sur un adversaire à terre et le combat au finish. Les combats deviennent alors plus rapides et moins brutaux, mais beaucoup plus techniques, ce qui leur permet de sortir de la clandestinité. La boxe devient alors un des premiers sports professionnels de l’ère moderne7.

La boxe anglaise est admise aux Jeux olympiques lors de la session du CIO tenue à Paris en 1901. Les premières épreuves olympiques ont lieu lors des Jeux olympiques d’été de 1904 à Saint-Louis aux États-Unis où la boxe féminine est représentée en tant que sport de démonstration8.

La première fédération internationale de boxe anglaise professionnelle est la World Boxing Association fondée aux États-Unis en 1921 sous le nom de National Boxing Association, et dont le premier combat reconnu est le championnat du monde poids lourds organisé dans le Boyle’s Thirty Acres de Jersey City le 2 juillet 1921 entre Georges Carpentier et Jack Dempsey.

Salles de boxe

En France, de nombreux combattants en boxe anglaise et savate-boxe française ont débuté au Central sporting club, avant de boxer à la salle Wagram, au Vélodrome d’Hiver, au Palais des sports de Paris.
Aux États-Unis, Marcel Cerdan boxa Technique
Ci-dessous, une présentation du vocabulaire des boxes dites « sportives » et ainsi « modernes ». Les boxes « martiales » dites ancestrales ne sont pas abordées dans cet article notamment pour l’absence de réglementation les concernant.Madison Square Garden.

Technique

Ci-dessous, une présentation du vocabulaire des boxes dites « sportives » et ainsi « modernes ». Les boxes « martiales » dites ancestrales ne sont pas abordées dans cet article notamment pour l’absence de réglementation les concernant.

Les parties du corps à atteindre en boxe

Les deux hauteurs de cibles pour les attaques de poing de la boxe anglaise. Cibles pour les attaques de poing. Dans les règlements des boxes pieds-poings, on peut découper le corps humain en trois niveaux principaux à atteindre. Selon le règlement, les hauteurs accessibles et les cibles corporelles autorisées peuvent varier d’une discipline sportive à l’autre. Par exemple, en boxe birmane, contrairement à la plupart des autres boxes pieds-poings, les techniques de poings et de coude peuvent être portées sur le membre inférieur. Il en est de même pour la savate-boxe française boxe française, les frappes de pied dans l’articulation du genou et dans le dos sont permises, alors que dans la plupart des boxes sportives, elles y sont prohibées.

Source: Wikipedia